L’aponévrosite plantaire, également appelé fascite plantaire est une inflammation affectant la plante du pied du sportif. Elle peut survenir dans les sports nécessitant des impulsions ou des sauts tels que l’athlétisme (course à pied, sauts), la gymnastique ou la danse.

Dans le top 10 des pathologies du coureur, elle mérite toute notre attention.

Apres quelque bref rappel anatomique, dans cet article, nous nous intéresserons à sa clinique et physiopathologie puis à son traitement et sa prévention.

Petit rappel anatomique

L’aponévrose  plantaire superficielle comprend 3 parties :

  • l’aponévrose plantaire externe;
  • interne;
  • moyenne.

C’est cette dernière qui est le siège de lésion chez le sportif. Cette nappe fibreuse de forme triangulaire s’insère sur la face postéro-interne du calcanéum (talon) et la face plantaire des articulations métatarso-phalangiennes.

Quel est le rôle de l’aponévrose plantaire ?

Elle fait partie intégrante du système achilléo-calcanéo-plantaire, véritable chaîne fonctionnelle de la propulsion.

Aponevrose plantaire

Elle a un rôle essentiel de transmission des forces du triceps sural vers les orteils et sa viscoélasticité permet de restituer par détente élastique une grande quantité d’énergie à chaque foulée ou saut.

Elle a également un rôle d’amortisseur afin de disperser les contraintes dynamiques liées au poids du corps sur la voute plantaire.

Aponevrose plantaire

Quel examen clinique pratiquer ?

L’aponévrosite plantaire se traduit par des douleurs siégeant à la plante du pied, prédominant le plus souvent en regard du bord postérieur et intérieur du talon et irradiant le long du bord interne de l’aponévrose.

Ces algies surviennent lors de la pratique sportive pour, progressivement, se produire lors de la marche.

L’examen clinique pratiqué est normal sur le plan articulaire. On retrouve à la palpation une  douleur à l’insertion de l’aponévrose sur le talon et également le long de celle-ci.

La dorsiflexion des orteils (orteils vers le ciel) associée à la flexion dorsale de la cheville majore la douleur spontanément.

Quels sont les facteurs de risques ?

  • Micro-traumatisme au point de jonction de cette membrane avec le talon. Semble entraîner une augmentation du processus normal de vieillissement.
  • Hyper sollicitation de la voûte plantaire. Lorsque le processus inflammatoire devient chronique, un processus de guérison peut se mettre en place (tendinose), spontanément des cellules osseuses se forment alors pour soulager le fascia de la surcharge de contraintes. L’épine pousse alors dans le sens de la marche, à l’horizontal

Aponevrose plantaire

  • Surcharge pondérale.
  • Pratique intensive du sport type handball, basket-ball, course à pied …
  • Age (++ > 40 ans)
  • La morphologie du pied: si le pied est plat et pronateur avec des muscles jambiers courts alors la marche ou course accentuera la « crispation » de la membrane plantaire. Si le pied est trop creux également.
  • Chaussures inadaptées.

Quels sont les examens complémentaires à faire ?

  • A la radio : elle peut être strictement normal ou, au contraire, objectiver une ébauche d’ « épine calcanéenne », traduisant l’hypersollicitation de cette aponévrose plantaire.
  • A l’échographie : elle montre un aspect irrégulier de l’aponévrose au voisinage de sa zone d’insertion.

Quel est le traitement adapté ?

  • Bien sûr du repos (arrêt du sport provisoire, reprise douce par des sports en décharge puis reprise de la course) et glaçage (15 minutes sur le talon plusieurs fois par jour tant que l’inflammation est toujours présente).
  • Orthèse plantaire: semelles sur mesure avec renforts anti-pronateurs et de nombreux œillets, ont été suggérés pour éviter la pronation ou pour offrir un support à toute la surface plantaire de façon à réduire les stress sur le fascia plantaire. A voir avec un podologue-posturologue c’est encore mieux! Ou podologue du sport pour les sportifs. Le but est de traiter le défaut d’appui qui correspond à une sollicitation trop importante de l’aponévrose.
  • Les AINS et infiltrations aux corticoïdes.
  • kinésithérapie par ondes de choc.

Que faire en prévention ?

Aponevrose plantaire

  • L’ostéopathie pour « assouplir » un maximum le pied et la cheville pour que le déroulement du pied se fasse de manière optimale.L’ostéopathe prend en charge des problèmes de postures pouvant être la cause l’inflammation.
  • Exercices d’assouplissement du pied : étirement de la voute plantaire mais également du mollet (rappelons qu’ils travaillent en synergie !), auto massage avec une balle de tennis…

Conclusion

L’aponévrosite plantaire est une inflammation très répandue chez les sportifs ou la prévention est le meilleur moyen de l’éviter. Alors dès le matin partez du bon pied !

Références

Raymond-Gilbert Danowski, Jean-Claude Chanussot. Traumatologie du sport. 7eme ed : Masson ; 2005.

Emeline GALLAND

Dans le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenir rédacteur pour Kilomètre Club
Tous les articles concernant
le sport au féminin
la course a pied feminine

L’actu Facebook

This message is only visible to admins.

Problem displaying Facebook posts.
Click to show error

Error: Server configuration issue