De tout temps, on a utilisé les mains pour soulager, apaiser, guérir. Dans la préhistoire déjà, puis dans l’Antiquité, les pratiques manuelles faisaient partie intégrante de l’art de guérir. On en trouve les premières traces en Égypte, sur une fresque de la tombe de Ramsès II où est représentée une manoeuvre de mobilisation thérapeutique du coude. Au Vème siècle avant notre ère, en Grèce, Hippocrate décrit dans son Traité des articulations quelques manipulations des membres et des vertèbres qui s’apparente de façon étonnante à nos techniques actuelles (1).

Kinésithérapie et osthéopathie

Aujourd’hui, les thérapies manuelles sont nombreuses, parmi les plus connues prédomine l’ostéopathie, la kinésithérapie et la chiropractie.
Une question revient très souvent à mes oreilles : quelle est la différence entre un kinésithérapeute, ostéopathe et chiropracteur ? Question légitime où beaucoup de confusions persistent.

Quels sont les concepts, les principes, les formations, les techniques utilisées, les indications pour ces trois thérapies manuelles ?

Nous allons tout d’abord nous concentrer sur chacun de ces métiers puis nous mettrons en évidence les similitudes et les différences.

La kinésithérapie

Histoire

Le terme de kinésithérapeute apparait en 1847 en Suède par le gymnaste Georggi. En France, c’est en 1964 qu’est né le Diplôme de Masseur-kinésithérapeute par la fusion entre le diplôme de masseur médical et celui de moniteur de gymnastique médicale.

Définition

Du grec kinésis : mouvement, il s’agit de la thérapie par le mouvement, afin de rendre au corps une fonction qui s’est altérée (rééducation du mouvement), ou de lui apprendre à s’adapter à son nouvel état (rééducation de la posture). Un kinésithérapeute exerce son art sur prescription médicale. Ils peuvent exercer en libéral dans un cabinet, ou salarié : hôpitaux public ou privé, centre de rééducation post opératoire, maison de retraite…

La Formation

Les études en IFMK (Institut Français de Masso-Kinésithérapeute) durent quatre ans, au bout desquelles ils obtiennent un diplôme d’État. Ils reçoivent 1860 heures de cours théoriques et 1400 heures en stage.

Techniques

Ils utilisent le massage, des moyens physiques (chaleur, froid, courants électriques, ultrasons, infrarouge …), mouvements de gymnastique à l’aide d’appareils, poids, respiration …

Indications

Ils interviennent dans les affections de l’appareil locomoteur (suite de fractures, entorses, rhumatisme), les maladies neurologiques (hémiplégie, paraplégie), affections respiratoires (bronchiolite), maladies urologiques ou gynécologiques (rééducation sphinctérienne, périnée, abdominale en post-partum), maladies cardiaques (réentrainement après un infarctus du myocarde).

Déroulement d’une séance

Une séance dure en moyenne 30 minutes au cours delaquelle le thérapeute procède par :
• un entretien ;
• un examen physique ;
• les objectifs et les moyens de traitements adaptés.
Le nombre de séances varie en fonction du motif de consultation. Par exemple pour une lombalgie compter entre 1 à 30 séances sur 12 mois, pour une entorse entre 1 à 10 séances et pour une tendinite des muscles de la coiffe (épaule) entre 1 à 25 séances.
Le remboursement est pris en charge par la sécurité sociale à hauteur de 60%. Selon sa nature, l’acte du masseur-kinésithérapeute est codé de 1 (2,04€) à 2 (40,80€).

Kinésithérapie et osthéopathie

L’ostéopathie

Histoire

L’ostéopathie fut créée à la fin du XIXe siècle par le médecin Andrew Taylor Still (1828-1917).
En 1864, quatre membres de sa famille mourraient suite à une méningite. L’impuissance des médecins et des prêtres, et lui-même subissant de violents maux de tête, provoqua chez lui une profonde interrogation sur le fonctionnement du corps humain. C’est en 1874 que Still établit les principes de l’ostéopathie basée sur sa parfaite connaissance de l’anatomie et la physiologie du corps humain. Il s’installa à Kirksville dans le Missouri, abandonna la médecine allopathique pour se consacrer à sa démarche ostéopathique de « chercher la cause, retirer l’obstruction et laisser le remède de la nature, le sang artériel être le docteur. »

Définition

L’ostéopathe établit un diagnostic et un traitement par sa main les restrictions de mobilité et les tensions des tissus du corps qui peuvent engendrer des troubles de la fonction. Le thérapeute a une vision globale du corps et s’intéresse à l’origine, la cause de la douleur afin de la traiter. Les grands principes sont : la globalité, l’autoguérison du corps et l’interrelation entre la structure et la fonction.

Formation

Depuis les nouveaux décrets d’octobre 2015, les études durent 5 ans, incluant 3360 heures théoriques et 1500 heures de pratique clinique encadrées, dont 150 consultations complètes. Ils obtiennent un diplôme d’Etat. Les études varient d’un pays à l’autre.

Techniques

L’ostéopathe utilise des techniques structurelles, myotensives (contracté-relâché musculaire) viscérales et crâniennes, seulement avec sa main.

Indications

L’ostéopathie soulagera : lombalgie, dorsalgie, cervicalgie, céphalalgie (maux de tête), névralgie (sciatique, cruralgie, névralgie cervico-brachiale…) ; est conseillée en post entorse, chute, AVP, chirurgie (cicatrice), pour le suivi de la grossesse, du nourrisson, du sportif…

Déroulement d’une consultation

Elle dure entre 45 minutes à 1h, et se déroule comme suit :
• Une anamnèse ;
• Une observation ;
• Des tests de mobilité ;
• Le traitement.

En général, il suffit d’une à trois consultations pour résoudre le problème. Le tarif d’une consultation est de l’ordre de 50€ en province et de 100€ à Paris. Le remboursement se fait par les mutuelles.

La Chiropraxie

Histoire

Certains éléments thérapeutiques utilisés par les chiropracteur, tels que les manipulations vertébrales, remontent à l’Antiquité et ont été employés par les rebouteux. En 1895, Daniel David Palmer fonda la chiropraxie. Cet épicier du Middle-West américain aurait guéri la surdité d’un concierge en lui manipulant les cervicales. Au cours des décennies suivantes, la chiropraxie a connu une histoire originale dominée par des chamailleries entre les sous-groupes des professionnels. Actuellement, les chiropracteurs ont acquis un statut de professionnel de santé reconnu et leurs traitements font à présent l’objet d’évaluation objective conformément aux principes
de la médecine factuelle (2).

Kinésithérapie et osthéopathie

Définition

La chiropraxie vient de grec cheir= main et praxie= action. C’est un système de soins fondé sur le postulat selon lequel le Système Nerveux (SN) est le déterminant le plus important de la santé et la plupart des maladies sont provoquées par des subluxations vertébrales, corrigées par des manipulations vertébrales.

Formation

Les chiropracteurs effectuent tous 6 ans d’études, basées sur des standards éducatifs internationaux qui permettent, selon la règlementation nationale, l’obtention du titre de Doctor of Chiropractic. La formation compte 4800h.

Techniques

Ils utilisent des techniques de manipulation, essentiellement sur le bassin et les vertèbres. Ils ne travaillent qu’avec leurs mains et des tables de manipulations spécialisées (avec des renforts et contre-appuis). Pour préparer la manipulation ou augmenter l’effet, ils peuvent recourir à la phytothérapie (chaud, froid, ultrasons).

Indications

Elles sont les mêmes que l’ostéopathie.

Déroulement d’une séance

Elle se déroule de même façon qu’en ostéopathie, sauf que généralement, le nombre de séances est plus important et varie entre 3 à 10.

Un peu de tri : Quelles sont les différences et les similitudes ?

La chiropraxie et l’ostéopathie ont les mêmes indications et le même concept : celui de traiter l’origine de la douleur. Sauf que l’une accorde plus d’importance au SN et à la mobilisation vertébrale, tandis que l’autre travaille plus sur la micromobilité tissulaire et travaille sur tout le corps. La kinésithérapie est quant à elle très locale sur la région douloureuse, et travaille beaucoup sur la rééducation.

 

Kinésithérapie et osthéopathie
Au niveau des études, il s’agit de 3 cursus distincts. Avant de voir le Kiné, il faut passer par la case médecin, ce qui n’est pas le cas pour l’ostéopathe et le chiropracteur qui pose leur diagnostic (d’où l’importance d’aller chez un thérapeute très bien formé).

Certaines techniques sont similaires entre chiropracteur et ostéopathes, tandis que le kinésithérapeute n’utilise pas que sa main, mais peut également avoir recours à des machines.

CONCLUSION

L’ostéopathie, la chiropraxie et la kinésithérapie sont des thérapies manuelles qui sont bien différentes, mais qui se complètent. Un travail pluridisciplinaire est possible et
bénéfique. Il suffit de trouver le thérapeute qui vous convienne en fonction de votre motif de consultation.

Référence

(1): O. Auquier. Ostéopathie: Principes et application. Ed : Elsevier Masson ; 2007 : p3.
(2) : E.Edzard. Médecines alternatives : le guide critique. Ed : Elsevier ; 2005 : p40.

Les derniers articles par Aurélie COURNUT (tout voir)

Dans le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenir rédacteur pour Kilomètre Club
Tous les articles concernant
le sport au féminin
la course a pied feminine

L’actu Facebook

This message is only visible to admins.

Problem displaying Facebook posts.
Click to show error

Error: Server configuration issue