Récit de course : à la découverte du duathlon d’Epinay sous Sénart

Serge nous fait vivre sa première expérience en duathlon… Un lundi de Pâques sportif avec 4,8 km de course à pied et 15 km de vélo de route.

Bonne lecture !

« Un peu d´écriture pour vous contez mon premier duathlon en CLM au championnat d’île de France, soit 2,4 km de course à pied, 15 km de vélo de route et à nouveau 2,4 km pour finir de s’achever….En ce beau lundi de Pâques sous un ciel nuageux pas question d’avaler ma part de chocolat mais plutôt de vérifier si mon entraînement de l’hiver va porter ses fruits…

Départ pour Epinay sous Sénart après une super nuit paisible sans stress et toujours avec un poids sur la balance un peu trop bas à mon goût, oui je sais certaines âmes diront que ce n’est pas juste de vouloir prendre un peu de poids alors qu’elles cherchent à en perdre…

Duathlon Epinay Sous Sénart

Bref sur la route quelques gouttes viennent décorer le pare-brise et « aie » ça va pas le faire car je n’aime pas faire du sport sous l’eau. Arrivé sur place, les nuages retiennent les gouttes mais pas sûr que cela dure.

« Les bénévoles sont tout sourire et l’accueil est parfait »

Sans eux pas de manifestation ne l’oublions pas ! Je croise des connaissances et prends le temps de refaire le monde quelques minutes, ça fait toujours plaisir ! Puis on en profite pour caler les heures de départ pour se laisser le temps de chauffer le bonhomme. Mise au parc vélo pour 9h30 alors juste le temps de faire deux tours de circuit avant de respecter les consignes et écouter d’une bonne oreille le briefing d’avant course….

Tu pars en courant de ce côté gauche, tu reviens par la droite prendre ton vélo, tu ressors avec ton vélo au fond à droite et tu termines par poser celui-ci en arrivant par le fond en face avant de repartir encore au fond mais à gauche… Vous avez suivi ?!

Duathlon Epinay Sous Sénart

« Non de Diou c’est déjà mon tour 11h31… »

Mon échauffement est bref car je n’aime pas cela pourtant le Shark, un costaud du club me précisais plus tôt d’être bouillant, on se tape la main avec mon poursuivant et je pousse le cri du guerrier ou celui de la peur va savoir je jubile toujours sans pression… Purée ! Voilà pour m’encourager l’orage à grosses gouttes, je n’aime pas la pluie… 5, 4, 3, 2, 1 on enclenche le chrono. Vous êtes avec moi ? Avouez c’est cool !

Mettre un pied devant l’autre n’est pas trop difficile sauf que si tu veux courir sur un rythme soutenu là ça demande un peu de gestion du palpitant sinon l’air va te manquer. Avec un départ toutes les 1minute 30 pas de gros risque immédiat de voir mon poursuivant sur nos talons et encore moins sur mon prédécesseur quand à mi-parcours un grégario sortie de nulle part me suit comme mon ombre. Il me demande si je finis et avec amusement je l’invite à passer car sa vitesse n’est pas la mienne….non je suis au premier tour !!!

Juste là, à la croisée des chemins je vois mon pote Guillaume dit le Guil pour les intimes accompagné temporairement par madame triathlète du club et le plus grand des fistons qui fait du triathlon aussi avec déjà un beau podium au tableau. On sort la main et tap tap tap tap. Hé vous êtes combien à crier mon prénom ? Whaoooo c’est chaud bouillant ! Cette fois je monte la vitesse enfin sur quelques mètre, car sinon vous ne pourrez pas me suivre ! Voici voilà la partie tant compliqué, quitter les chaussures de course à pied pour mettre celles du vélo avec casque et lunettes avant d’enfourcher mon fidèle destrier. Zut ! Je quitte le pied droit et prend la chaussure gauche, tu ne serais pas un peu blonde mon Serge ?

Duathlon Epinay Sous Sénart

« Aller c’est parti avec un nouveau cri de guerrier »

Que c’est bon de se sentir soutenu, hop hop hop les jambes vont à merveille et rapidement le Garmin indique une bonne allure sur ce bitume façon autoroute… Un vrai bonheur, même la pluie qui continue de me laver ne m’impressionne plus. Whaoooo à nouveau ! C’est bon vous avez le souffle et les jambes aussi alors attention on vire en épingle à gauche et on relance debout sur les pédales le cœur bat à bon régime et on se croise avec mon poursuivant. On s’encourage, les bénévoles courageux eux aussi sous la pluie hurlent pour se réchauffer. L’exercice de placer les mains en bas du guidon pour fendre l’air, enfin à ma vitesse, me fait penser à ces coureurs de critériums que l’on voit à la TV le dimanche avant la sieste….

Le speaker a dit 5 tours et pensez bien à les compter car sinon c’est hors course. 1, 2, 3, 4, tiens Alex C me passe alors qu’il est parti derrière moi, toujours au taquer ! Comme me dit souvent mon bof adoré,  » je me régale » ! C’est trop bon et vous, vous suivez toujours ? Car le speaker oui ! Encore lui, il clame mon nom à chaque passage et j’ai même la photographe qui a lâché un jolie sourire après une photo où je tire la langue….

Voilà, le dernier tour se termine, Géraldine et son fiston, Virginie C, Gilles C, Fafa et tous ceux qui aiment donner des encouragements…MERCI

Duathlon Epinay Sous Sénart

« Dernier tour d’honneur »

On pose le vélo en arrivant par le fond et on reprend les chaussures de course à pied pour un dernier baroud d’honneur avant d’entendre à nouveau le Speaker m’encourager sur cette dernière et plus difficile étape. Les jambes, je ne sais pas vous, mais elles sont en plomb ! Enfin, des genoux aux pieds c’est ce que l’on appelle une transition, mais bizarrement elles se mettent à me propulser plus vite que sur le premier tour. Je jubile une ultime fois en remerciant les jeunes et plus vieux qui ont gardé la croix des chemins.

Et tap tap tap dans la main mon Guil à nouveau avant de donner le meilleur oui le meilleur de ma foulée maxi et de prendre soin de remonter le torse et afficher un jolie sourire pour la photo finish : « pourvu qu’elle soit magnifique »… On est arrivé ! Vous êtes content de m’avoir suivi ? Moi, je suis plein de joie de faire ce premier duathlon en 55 minutes.

MERCI ! »

Serge

 

Emeline GALLAND

Dans le même thème